Werner Businger est l’un des nôtres. Mais la moto n’est pas son seul dada. Mécanicien moto de formation, il a réalisé son rêve de jeunesse et travaille aujourd’hui avec d’autres engins, plus petits mais tout aussi vrombissants. Son nouveau métier? Tatoueur. Depuis 2013, il accueille ses clients, et ceux qui souhaitent le devenir, au «Old Century Tattoo» à Coire avec une aiguille, de l’encre et un large sourire. Nous lui avons rendu visite pour nous entretenir avec lui.

  • bfu_stayinalive_journal_tattoo_retina_3.jpg
1/1 Tout comme les motards, les tatoueurs n’ont pas le droit à l’erreur. Puisqu’il est difficile d’effacer un tatouage, une concentration totale est de mise.

Y a-t-il des parallèles entre la moto et les tatouages?

Je comparerais les tatouages au domaine des motos personnalisées: en ajoutant une pièce spéciale, on crée tout de suite quelque chose d’original. Il est question d’individualité, d’expression et de démarquage. Pour beaucoup, il en va de même pour les tatouages.

Une grande partie de ta clientèle vient-elle du milieu moto?

Je réalise effectivement de nombreux tatouages au design moto. L’avantage avec les tattoos moto est qu’il y a presque toujours des motifs personnels avec une signification émotionnelle. La moto du père par exemple, ou la bécane que tu chéris par-dessus tout. Je pense que beaucoup de motardes et de motards viennent chez moi parce que je vis, moi aussi, cette passion. Durant la séance de tatouage, on a un sujet de conversation tout trouvé, ce qui est naturellement super cool. Tout cela explique sûrement la part élevée, soit de près de 80%, de clients réguliers.

Quels sont les motifs préférés des motardes et des motards?

Il n’est pas possible de donner une réponse générale. J’ai déjà tatoué des bougies d’allumage, des casques, des pistons ou des motos entières à plusieurs reprises. Parfois comme éléments uniques, d’autres fois en combinaison. Alors que je ne parviens pas et ne veux pas me décider pour un style en particulier, la plupart de mes clients choisissent le style «traditionnel» pour les motifs moto.

««Les tendances vont et viennent. Les tatouages restent.»»

Un vrai motard ne connaît pas la douleur. Peux-tu confirmer cette affirmation ou as-tu également fait d’autres expériences?

Là aussi, il est difficile de généraliser. J’ai déjà eu des motards grands et costauds qui sont presque tombés dans les pommes, et des filles de 18 ans qui n’ont pas bougé d’un poil pendant des heures. Mais j’ai aussi vécu le contraire.

Les tatouages sont dans l’air du temps et de plus en plus acceptés par la société. Quel est l’avenir de la branche? Une fin de tendance est-elle en vue?

Les tendances vont et viennent. Parmi mes clients, rares sont ceux qui se font tatouer par effet de mode. Chez moi, chacun reçoit un design individuel. Je trouve positif que les tattoos soient de mieux en mieux acceptés par la société, et que l’on nous regarde moins de travers aujourd’hui.

  • bfu_stayinalive_journal_tattoo_retina_5.jpg
  • bfu_stayinalive_journal_tattoo_retina_4.jpg
  • bfu_stayinalive_journal_tattoo_retina_2.jpg
  • bfu_stayinalive_journal_tattoo_retina_1.jpg
1/4 Les motards sont les bienvenus au «Old Century Tattoo» à Coire.

««Mais si l’on opte pour le laser uniquement dans le but d’effacer un tatouage décoratif, alors on n’a malheureusement pas compris ce qu’est un tatouage.»»

J’aimerais bien m’offrir mon premier tatouage. Que me recommandes-tu en tant que tatoueur professionnel?

Viens dans mon salon (rires). Non, mais plus sérieusement: informe-toi correctement! Découvre quel style te plaît le mieux. Sois prêt à te déplacer jusqu’au tatoueur de ton choix, car ton tattoo, tu l’auras toute ta vie. N’économise pas sur ton tatouage, mais ne te fais pas non plus avoir! Fais le tour de plusieurs salons. Compare les références dans le catalogue des différents artistes. Tu remarques des asymétries non voulues? Les motifs réalisés jusqu’ici te plaisent? Quelle est ton impression du salon? Est-il propre? T’y sens-tu à l’aise? De nos jours, pour te faire une première idée, tu peux aussi consulter les évaluations en ligne. Pour ma part, je ne me suis fait tatouer que par des gens dont le métier est leur passion et avec lesquels j’ai pu établir un bon contact. Discute avec ton tatoueur, tu découvriras rapidement si vous êtes sur la même longueur d’onde.

As-tu déjà refusé de faire un tatouage? Quelles sont tes limites?

Je refuse sans hésiter les motifs politiques, tout ce qui touche à l’extrême droite ou qui offense les minorités et les marginaux. On n’est pas obligé de tout accepter.

Que penses-tu du détatouage au laser?

Je dirais la chose suivante: lorsque le laser est utilisé pour parvenir à recouvrir un tatouage par un tatouage plus beau, je considère que c’est un bon instrument de travail complémentaire. Mais si l’on opte pour le laser uniquement dans le but d’effacer un tatouage de mode, alors on n’a malheureusement pas compris ce qu’est un tatouage. Mieux vaut réfléchir à trois fois avant de sauter le pas.

««N’économise pas sur ton tatouage, mais ne te fais pas non plus avoir.»»

Quelle est ta plus grande fierté professionnelle?

Je suis fier d’aimer toujours autant ce métier après toutes ces années, fier de tenir ma propre boutique et de pouvoir en faire vivre ma famille. D'ailleurs, j'aimerais en profiter pour remercier tous mes clients.

Et pour finir, peux-tu nous raconter ton expérience la plus insolite ou drôle de ta carrière de tatoueur?

(Rires) au fil du temps, j’en ai vu de toutes les couleurs en exerçant ce métier: des clients qui sont arrivés saouls au rendez-vous, d’autres qui se sont endormis, qui ont uriné ou vomi sur place. Et bien entendu, de nombreuses idées de tatouage complètement folles. Mais, il s’agit là d’exceptions. En général, tout se passe de manière très civilisée dans mon salon.